Voyages en français

MiroirsTraditions culinaires

A chaque date importante de l’année correspond souvent une tradition culinaire, un plat particulier. Sont-ils les mêmes où que l’on se trouve ?

Tapez un mot pour en connaître le sens :

Comestible ou non ?

Comestible :
Du latin Comedere, manger.
Qui peut servir d’aliment à l’homme.

Source : http://www.ifmadrid.com/gourmands

Ce qui est bon pour un Français l’est-il aussi pour un étranger ? Si un aliment est comestible, est-il forcément mangeable ? Est-ce une question de goût ou de culture ?

BMP - 89.4 ko

Prenons pour exemple les huîtres : très prisées en France et notamment en Aquitaine, elles sont consommées vivantes, par douzaine, arrosées de citron. Elles sont donc bien comestibles (on n’en meurt pas, sauf dans de rares cas !) mais, pour certains, aussi peu mangeables que le bol de larves blanches bien vivantes, offert royalement à Claude Lévi-Strauss dans « Tristes tropiques ».

Peut-on les manger n’importe quand ?

On déguste les huîtres en entrée, souvent à Noël ou pour fêter un événement, associées à un bon vin ou à un champagne, c’est une – presque - évidence pour les Français. Or ce ne fut pas toujours une réalité : on les servait aussi après le café et les liqueurs au début du XIXème siècle comme l’indique le gastronome Grimod de la Reynière dans son « Manuel des Amphitryons » (1808). Imaginez-vous en train de savourer une huître avec votre café !

La répartition entre bon et mauvais, mangeable et immangeable, peut être remise en cause par jeu ou par esprit d’aventure lorsque l’on découvre une nouvelle culture ou un nouveau pays.

Essayez lors de vos prochaines vacances ! En France. vous pourrez commencer par une douzaine d’huîtres ou quelques escargots, continuez avec un steak tartare, viande de bœuf hachée et crue, et terminez par un bouchon, lui aussi comestible évidemment ! Le voyageur gourmand se doit de prendre quelques risques !

Au fait, vous aimez les huîtres ?

Regardez le début de la formidable émission de Arte Karambolage, qui nous parle des Français "bouffeurs de grenouilles" !

Et vous ? Avez-vous goûté des plats bizarres à l’étranger ? Racontez votre réaction en cliquant dans les "commentaires".

Nordseedelikatesse : der holländische Matjes

Er muss "jungfräulich" sein, das bedeutet, er darf noch keine Geschlechtsprodukte (Milch und Rogen) gebildet haben, denn nur dann hat er den berühmten, hohen Fettgehalt. Übrigens wird ein Hering alle Jahre wieder "jungfräulich", Matjes ist also nicht gleichzusetzen mit Jungfisch !

BMP - 89.4 ko

Historie

Wilhelm Beukelzoon aus Biervliet, einem kleinen Fischerdorf in den Niederlanden machte 1395 die Entdeckung, die seine Heimat für immer verändern sollte und sie zur Großmacht des Herings erhob. Beukelzoon erfand den Kehlschnitt. Das klingt grausam, ist aber eine gute Idee. Der Hering, wenn er an Bord kommt, ist wie jeder frische Fang, vom Verderb bedroht. Beukelzoon nahm Stück für Stück zur Hand, schnitt jeden einzelnen Fisch unter dem Maul auf, entnahm die Eingeweide und ließ - damals wohl eher durch Zufall - die Bauspeicheldrüse des Fisches im ausgenommenen Tier. So flog der Hering in die Tonne, Salz kam dazu und es bildete sich eine Pökel-Lake, die es erlaubte, den Fisch länger aufzubewahren. Der Matjes war erfunden. Ein paar Jahrhunderte später kam er nach Preußen, wo er von Friedrich dem Großen sehr genossen wurde.

Fett ist nicht gleich Fett

Kaltwasserfische wie der Hering enthalten einen hohen Anteil der wertvollen, essentiellen, mehrfach ungesättigten Fettsäuren, die nicht dick sondern fit machen. Immer mehr positive Wirkungen, die diese Omega-3-Fettsäuren auf unseren Körper haben, werden von der Wissenschaft entdeckt, am bekanntesten ist der günstige Einfluss auf Blutdruck und ihre Funktion als "Herzschutzfaktoren".

Das Wort "Matjes" leitet sich aus dem niederländischen "Meisjes", das Mädchen auf deutsch bedeutet.

¿Se puede comer ?

¿Que te inspiran esta especialidades ?

Le haggis

Éste es el Haggis, plato típico escocés : tripas de cordero rellenas con el corazón, el hígado, la lengua del animal y cereales... ¡Hay que probarlo por lo menos una vez en la vida !
Haggis

-




Callos a la madrileña

Es la gran especialidad de Madrid. Tripas en salsa de tomate y chorizo, morcilla y otras cosas... ¡Un buen plato de invierno !

-




Either you love it or you hate it !

http://www.flickr.com/photos/dontcallmeikke/3306300654/ {JPEG}
Well, few British foods are adored or hated as much as Marmite, a spread made from the yeasty by-products of brewing. It is extremely popular in the UK (about 3,700 tons of Marmite are sold here every year, two thirds of which is spread on toast, which means about 600 million pieces of Marmite and toast).

Paul Hartley, author of the best-seller The Marmite Cookbook, says : "I just love the stuff, I use Marmite as a condiment ; to brush on vegetables when I’m cooking them ; I use it in mayonnaise ; I use it in vinaigrette ; I put it in pasta. It’s a bit like the salt and the pepper. It’s a great ingredient to fuse flavours together”.

However, if you don’t love it, you probably hate it ! The American journalist Bill Bryson defined it as “an edible yeast extract with the visual properties of an industrial lubricant”.

There are “Love Marmite” and “Hate Marmite” groups on Facebook, and even the Marmite website has been designed with those strong passions in mind ! In true British style, it even gives haters a recipe :

Marmite and Cheese Nightmare

1. Take a couple of slices of old bread and spread with butter.

2. On one of the slices spread your Marmite on top of the butter (we’d recommend 4g, or about the end of a knife).

3. Now attempt to mask the flavour with your favourite dead animal, scavenged from the side of the road (e.g hedgehog, cat etc).

4. Finish off with some rotten salad vegetables and close this vile concoction with the other slice of bread.

So, what about you ?

-




Ma si mangia ?

Le trippe alla genovese sono un piatto popolarissimo e ancora molto apprezzato oggi, fatto di frattaglie di stomaco del bovino (cioè, le “trippe”), di grasso di vitello, di sugo di carne, accomandato con un soffritto di verdure, funghi secchi, vino bianco, formaggio parmigiano, pinoli e il prezioso olio d’oliva.
Le tripperie a Genova, ma anche in Toscana, nel Lazio, e in generale nel nord e centro Italia, sono luoghi di tradizione culinaria che riportano alla memoria antiche ricette : esse sono infatti botteghe storiche spesso salvaguardate dal comune di appartenenza. A Genova, la fama di una delle tripperie più famose del centro storico, la Tripperia Casana, viene celebrata con letture e reading poetici, ogni anno, in occasione del giorno dedicato a James Joyce che delle trippe che adorava, scrisse : “Dio fece il cibo e il diavolo i cuochi !”

E del Bianco e nero ? Cosa ne pensi ?

Questo piatto, non troppo popolare tra i giovani e giovanissimi (chi ne parla non ne mangia, ma assicura che lo mangia il suocero !), fatto di cervella, di fegato di vitella e di animelle d’agnello o vitello, accomodato con uova, limone, aceto bianco, farina e pangrattato, è originario della Liguria e del Basso Piemonte.

5 commentaire(s) Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Commentaire audio
  • Attendez la fin du téléchargement de votre commentaire audio puis n’oubliez surtout pas de le sauvegarder avant de lancer la prévisualisation, sinon votre enregistrement sera perdu.

    Pour voir cette partie de la page, assurez-vous d'avoir le player flash dans sa version 11.1.0 ou supérieur...

Inscrivez-vous sur le site pour vous abonner à ce fil de discussion et recevoir les réponses à votre commentaire : s'inscrire.

  • Comestible ou non ? 19 mars 2014 08:29, par Teresa Labrador

    Je ne me souviens pas d’un plate bizarre à l’étranger. Mais peut être pas que quand j’ai visité divers pays j’ai été chez moi ou chez des personnes qui sont très humilités et ils ne peuvent pas manger beaucoup de choses. Mais il y a neuf années quand j’etait en Colombie dans la fôret, un personne a tué un petit animal qui se appelle "armadillo". C’est un animal qui se resemble a un duvet et a un mamal. Et il a un couverture comment une tortoise.C’est l’animal plus bizarre que j’ai vu et que j’avait mangé là bàs. Ce tout !
    Merci !
    Teresa

    Ecouter le commentaire audio
  • ¿Se puede comer ? 2 novembre 2011 17:41, par AC

    Faire le lien entre les goûts, anthropologie et écologie est très intéressant. Merci pour ce commentaire ! On aimerait en savoir un peu plus ...
    Avez-vous des exemples dans différents pays pour illustrer cela ? On imagine que la grenouille et l’escargot sont particulièrement nombreux en France, assez en tout cas pour être considérés comme des mets délicieux !

  • Comestible ou non ? 1er novembre 2011 20:43, par jpermuy

    Quand on est en voyage il y a toujours la question de la nourriture. Quelques kilomètres plus loin de notre lieu d’origine et on peut reconnaitre des différences, parfois essentielles. On peut choisir un plat qu’on aime au restaurant et le résultat peut être surprenant. Mais si la distance augmente, les différences augmentent aussi. Un bon plat de « callos » à la madrilène ou d’escargots à la bourguignonne et on verra changer l’expression de nos amis des États Unis. On peut comprendre cette réaction mais on sera bien surpris quand on obtient presque le même résultat avec un plat de gambas grillées, servis à l’espagnole ou française, ça veut dire, sans éliminer les carapaces ou les têtes. Une évidence des différences culturelles ? Bien sûr, mais aussi une démonstration de l’importance des éléments écologiques. Les experts en anthropologie nous rappellent que beaucoup de ces tabous sur la nourriture sont basés sur le ratio coût / bénéfice de la production de chaque aliment particulier. Quand cette relation n’est pas favorable, on peut espérer que ce type d’aliment va être considéré répugnant. Et avoir une bonne ponctuation dépend clairement de l’environnement et de l’interaction de l’être humain avec lui.

  • ¿Se puede comer ? 13 janvier 2011 22:53, par Prof

    Oui, si on n’aime pas les mêmes choses, c’est certainement une question d’habitude. On dit souvent que les petits Marseillais digèrent très bien l’ail et l’aiment beaucoup alors que les autres enfants le détestent. Cela s’expliquerait par le fait que leur maman, enceinte, les a habitués en mangeant fréquemment de l’aïoli !

  • ¿Se puede comer ? 10 décembre 2010 20:32, par Victoria

    Je pense que cést une question de goût s’un spagnol aime les memmes choses que un français mais, la culture est toujours présent. Puisque nous sommes né, nous avons l’habitude de manger un type d’aliment et cést la raison pour laquelle les françaises aiment plus des aliments de la France que ceux de l’Espagne.