Voyages en français

MiroirsSociété

Quels sont les mots, les personnalités, les souvenirs, les habitudes de vie, les savoirs qui nous ressemblent et qui nous rassemblent ?

Tapez un mot pour en connaître le sens :

La familia

El testimonio de un Español sobre la familia y su importancia en España.

Después de haber visto los videos en francés o en español, cuéntenos vuestra experiencia, vuestras ideas, sobre este tema.

Hacer clic en "Commenter cet article".

La famille from institut on Vimeo.

Die Familie

Welche Rolle spielt für Sie die Familie ?

Wir freuen uns auf Ihre Beiträge !

La familia

Después de haber visto los videos en francés o en español, cuéntenos vuestra experiencia, vuestras ideas, sobre este tema.

Hacer clic en "Commenter cet article".

La famille from institut on Vimeo.

Famiglia Italiana cercasi !

Dopo un calo drastico del numero di matrimoni e un tasso di natalità in caduta libera da più di vent’anni in molti hanno temuto la scomparsa della famiglia italiana. Certo è che l’immagine della coppia giovane con 5 figli (e il sesto in arrivo) appartiene ormai al passato. Le differenze tra famiglie del nord (tradizionalmente meno numerose) e quelle del sud tendono anche a ridursi.
Quali sono i fattori che causano questo cambiamento epocale ?

Citiamo l’aumento del costo della vita e la crisi economica, le donne che lavorano, i divorzi e le separazioni che aumentano, la consapevolezza che i figli studiano più a lungo e non trovano lavoro, l’evoluzione dei costumi.

Oggi la famiglia italiana si declina anche in coppie di fatto (cioè non sposate), famiglie allargate oppure famiglie monogenitoriali. Queste nuove realtà non sono riconosciute a livello legislativo e lo Stato Italiano rimane fortemente legato alla famiglia sposata tradizionale. Questo crea problemi alle coppie di fatto che non hanno gli stessi diritti degli altri (figli non riconosciuti, niente aiuti economici, problemi di eredità )

Tuttavia questo sconvolgimento non significa che i valori e i legami della famiglia siano spariti del tutto. C’è sempre un forte attaccamento tra genitori e figli e ci si aiuta a vicenda.
Negli ultimi cinque anni si è assistito a una crescita del tasso di natalità dovuta alla presenza di numerose famiglie straniere che contribuiscono, e non poco, a dare nuova linfa all’Italia di domani.

E voi cosa pensate del fatto di non riconoscere gli stessi diritti a tutte le famiglie ?

Guardate questo video : tre servizi su tre realtà diverse :

http://news.centrodiascolto.it/video/tg2/2012-03-31/questioni-sociali/inchiesta-su-come-cambia-la-famiglia-italiana-diminuiscono-i-

What are British families like ? Do they...

In the 1980s the average number of children was 2.4, and this expression came to signify all things average. But what is the average British family like nowadays ?

Jane, and English woman, tells us about her family when she was little and families now.

Jane’s family from Tita Beaven on Vimeo.

And Prithvi, who is from Nepal but lives in England, tells us about the differences between families in these two countries.

Prithvi’s family from Tita Beaven on Vimeo.

The average family : rises at three minutes to seven, and eats spaghetti on Monday... Sounds intriguing ? Fin out more here :
http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/8628574/The-average-family-rising-at-three-minutes-to-seven-spaghetti-on-Monday.html

64 commentaire(s) Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Commentaire audio
  • Attendez la fin du téléchargement de votre commentaire audio puis n’oubliez surtout pas de le sauvegarder avant de lancer la prévisualisation, sinon votre enregistrement sera perdu.

    Pour voir cette partie de la page, assurez-vous d'avoir le player flash dans sa version 11.1.0 ou supérieur...

Inscrivez-vous sur le site pour vous abonner à ce fil de discussion et recevoir les réponses à votre commentaire : s'inscrire.

  • A chacun sa famille ! 15 novembre 2014 17:25, par Agustin

    Bonjour, je m’appelle Agustin et je suis espagnol.
    Ma mère vient de me téléphoner. Ce dimanche nous avons repas familial. Tous les frères et sœurs nous allons réunir ensemble avec nos respectives familles. Un total de vingt personnes.
    En Espagne des réunions familiales faire partie de la vie quotidienne. Ils se fassent par affecte, pour la nécessite de maintenir en vie les vincules entre tous.
    Quand les fils et las filles forment leurs propres familles les problèmes surgissent, á partir de ce moment il faut répartir avec la belle famille les dimanches et les fêtes plus importantes. Dès lors le joyeux se multiplie pour deux, aussi les conflits et les discussions.
    La famille est du bonheur mais parfois un mal de tête.

  • A chacun sa famille ! 14 novembre 2014 15:46, par Isabel

    Bonjour !

    Je m’appelle Isabel. Je viens d’une petite famille. Ma mère est une fille unique, par cette raison mes grands-parents avaient deux petits-fils, mon frère et moi. Mon père a seulement une sœur et ses parents sont morts avant je suis née, mon frère n’ai pas des enfants et j’ai une petit fille. Donc dans ma famille, les grandes célébrations sont toujours petites, très calme. Je crois que c’est la raison pourquoi je considère bons amis part de ma famille et j’aime quand nous voyager ou partir en vacances ensemble.
    À bientôt !

  • A chacun sa famille ! 19 mai 2014 21:47, par Joaquin Garcia Ferreira

    Bonsoir, je m’appelle Joaquín et je suis espagnol.
    Ma famille est un exemple de la famille de hier, d’aujourd’hui et de la famille de l’avenir.
    Mes grands-parents étaient le prototype de famille espagnole de après la guerre civile. Ils étaient familles nucléaires. Chaque couple eut cinq fils. Il n’y avait pas beaucoup d’argent et les fils commençaient à travailler après avoir terminé les études primaires.
    La génération de mes parents a été une génération avec familles nucléaires encore avec un haut taux de natalité, une moyenne de deux et trois enfants par couple. Ils ont travaillé beaucoup pour faciliter les études de ses enfants.
    En Espagne, ma génération a été la première génération des enfants des travailleurs qui ont eu de l’accès à l’université. Nous avons vécu un temps de prospérité de l’économie et de la incorporation des femmes à des travailles avec égalité des conditions. La première grossesse arrive à un âge moyen supérieur. C’est pour ça qui des couples ont eu un plus petit taux de natalité, qui après la crise économique est de plus en plus baisse. Il y a en Espagne un haut taux de divorces donc la famille monoparentale ou recomposée est de plus en plus fréquente. Il y a d’autre situation qui distance las familles, l’émigration a rentré dans las familles d’Espagne car la crise économique a forcé la marche des travailleurs. Nous avons dans notre famille couples nucléaires, couples pacsés, familles recomposées, parents expatriés et seulement trois enfants pour la prochaine génération, mes deux fils et ma nièce.

  • A chacun sa famille ! 15 mai 2014 23:21, par Pascale

    Merci pour ce petit commentaire Elvira ! Il est vrai que les femmes ont de moins en moins d´enfants et surtout ont des enfants de plus en plus tard et je crois que ce phénomène, qui concerne toute l´Europe, s´aggrave avec la crise...

  • A chacun sa famille ! 13 mai 2014 17:57, par Elvira

    Bonjour,
    Je m’appelle Elvira et je suis espagnole.
    En Espagne existait traditionnellement un modèle de famille biparentale avec nombreux enfants, de plus de temps et en raison de la crise économique et des changements dans la société il y a eu une diminution du nombre d’enfants.
    En Espagne, il y a une grande baisse du taux de natalité due en partie à l’entrée des femmes sur le marché du travail et le retard de la maternité jusq’à 35 ans ou plus.
    Je viens d’une grande famille mais ma génération a un enfant ou pas, c’est la tendance actuelle dans mon pays.

  • A chacun sa famille ! 7 avril 2014 12:15, par eleonora

    Bonjour,
    Je suis Eleonora et je suis italienne.

    Je crois que la situation économique et sociale a complétement changé la famille italienne à partir de la génération des « babyboomers » au aujourd’hui.

    Traditionnellement en Italie on avait des familles très nombreuses, avec minimum trois fils dans la part Nord et plusieurs dans le Centre-Sud, parce que ils était destinés a créer de la richesse (avec des travails agricoles) pour la famille même.

    L’industrialisation, et après la tertiarisation, la relocalisation ou on a changé de ville et de région, tout ça a crée le besoin de force-travail qualifiée, et le fils se sont transformé de source de richesse en un coût pour leurs études.

    Aujourd’hui nous sommes à la troisième génération et on ne voit pas la fin de cette tendance qui c’est aggravé pendant la dernière crise.

    Certainement l’immigration apports des nouveautés démographiques mais aussi culturelles qui vont changer définitivement la face de la famille en Italie, on espère dans la mesure de l’intégration e de la création de travail pour tous.

  • A chacun sa famille ! 16 mars 2014 22:16

    Bonsoir !!

    Je m’apelle Isabel. Dans ma famille il y a deux situations très différentes. Ma famille paternelle est très petite. Mon père est un fils unique, par cette raison mes grands-parents ont seulement deux petits-fils, mon frère et moi. Toutefois, la famille de ma mère est plus nombreuse. Ma mère a deux frères et une soeur. Et ses parents ont sept petits – fils et un arrière petit-fils.

    Dans l’avenir je crois que je ne vais pas avoir d’enfants, je ne suis pas encore sûre, mais c’est très posible. J’aime les enfants mais ils sont une grande responsabilité et la situation économique du pays n’aide pas.

    À bientôt !

  • A chacun sa famille ! 14 mars 2014 18:50

    En effet, on ne voit plus beaucoup de familles de neuf enfants. Elles sont bien réduites aujourd’hui :).
    C’est un témoignage très intéressant Elena sur la famille aujourd’hui en Espagne.

  • A chacun sa famille ! 13 mars 2014 15:18, par Elena

    Je m’appelle Elena et je suis espagnole. Ma famille est très grande, mais ma génération est devenue plus petite, comme d’habitude. Dans ma famille maternelle, par exemple, ma grand-mère a eu neuf sœurs et 23 neveux et nièces. Toutefois, je n’ai pas de frères ou sœurs, et non plus de cousins. Aujourd’hui, des enfants uniques sont nombreux, et donc, des familles se sont beaucoup réduis.

    Comme adulte, j’ai une belle-fille, mais je n’ai pas d’enfants biologiques et je ne sais pas si je veux en avoir. Avec la situation économique qui nous avons dans le pays, c’est pas facile…

  • A chacun sa famille ! 13 janvier 2014 11:19, par Nicolas

    Bonjour et bonne année 2014, JungIn Seo !

    Merci pour ces éclaircissements.
    Il est effectivement difficile de partager de bons et longs moments les uns et avec les autres quand les personnes n’habitent pas dans la même région...
    Je voulais moi aussi le souligner.

    À bientôt !

    Cordialement,

    Nicolas