Voyages en français

MiroirsLangue, cultures et territoires

Du Nord au Sud, d’Est en Ouest, d’une région à l’autre, on change d’accent, de langue, on parle autrement et les mots n’ont pas toujours le même sens ! Tendons l’oreille, soyons attentif à qui parle et d’où il parle, pour mieux reconnaître ces précieuses différences !

Tapez un mot pour en connaître le sens :

Les langues régionales en France


Source : Ministère de la culture

Pour en savoir plus sur les langues de France, rendez-vous sur ce site

UNE BALADE À TRAVERS LES LANGUES DE FRANCE...

Le "Platt"

Ce terme vient de Plattdeutsch (bas allemand) et désigne très exactement l’allemand du nord de l’Allemagne, du plat pays (d’où le nom de Platt). Il s’oppose au Hochdeutsch (le haut allemand) qui est devenu l’allemand moderne. On le parle en Moselle.

L’alsacien

En Alsace, on peut suivre chaque soir l’édition Alsacienne du journal de France3. Pour regarder la télévision en alsacien (édition régionale de France3), cliquez ici

Le normand

Il est facile de parler de la pluie et du beau temps en normand ! En effet, on compte plus de 40 termes pour évoquer la pluie ! Vous pouvez les consulter en cliquant ici.

À Rouen plus précisement, certains parlent encore le "purin" ! Selon Émile Littré, le langage purin est le patois du peuple dans les bas quartiers de la ville de Rouen, et dans lequel on a fait des vers burlesques.

Le basque et le l’occitan

Dans l’Académie de Bordeaux, il est possible d’apprendre le basque et le languedocien dès le plus jeune âge grâce à un important réseau d’écoles bilingues. Pour trouver des informations sur l’enseignement des langues régionales ainsi que des ressources pédagogiques en basque et en occitan, cliquez ici.

Le picard

Le picard est la langue parlée en Picardie et dans la région Nord-Pas-de-Calais. Si le nom de celle-ci ne correspond à aucune réalité historique, ses habitants, eux, ont un nom : ce sont les Ch’timis (ou les Ch’tis). Cette appellation date de la première guerre mondiale : c’est un surnom qui fut attribué aux gens du Nord.
Consultez le Blog Chti et Picard : un dicton, un proverbe, un mot par jour en chti ou en picard.

Le breton

Peut-on découvrir une langue autrement qu’en l’écoutant ? Offrez-vous une immersion dans la langue bretonne en écoutant Radio Kerne sur le web !

Los idiomas en España

Source : Wikipédia

Para ampliar este mapa, pichar aquí

La Página web del Idioma Español propone un artículo sobre este tema.

El idioma oficial : el español o castellano

Lo hablan todos los españoles. Por otro lado, en determinadas regiones el español coexiste con otros idiomas oficiales como el catalán, el valenciano, el vascuense y el gallego.

Los idiomas cooficiales

- El catalán (català) se habla en un territorio de 68.000 km² donde viven casi 11 millones de personas. De éstas, se estima que más de 7,5 millones son capaces de hablarla, mientras que la pueden entender cerca de 10 millones. El catalán no sólo se habla en Cataluña, en las Islas Baleares y en la Comunidad Valenciana (donde se denomina valenciano) sino también en Andorra, en la región de Perpiñan en Francia y en l’Alguer en Italia.

Para ver un mapa de los Països Catalans y leer un artículo sobre la llengua catalana consultar la página web de la Generalitat de Catalunya haciendo clic aquí.

Para ver la televisión catalana hacer clic aquí o escucharRadiocat en directo

- El euskera o vascuence (euskara) en el País Vasco y en el tercio norte de la Comunidad Foral de Navarra.
El euskera es la única lengua no indoeuropea de la península Ibérica y de Europa Occidental.

Para conocer el futuro de la política lingüística en el País Vasco, hacer clic aquí.

- El gallego (galego) se habla en Galicia.
Galicia Hoxe, un periódico digital en gallego.

- El aranés (variedad del occitano se habla en el Valle de Arán), es una lengua oficial en este valle y desde 2006 en toda Cataluña con el nuevo Estatuto de Autonomía.

Otras lenguas o dialectos

El resto de lenguas o dialectos hablados en España no gozan de reconocimiento legal y su uso es extremadamente reducido :

- El aragonés o fabla, en la zona de Huesca y Alto Aragón.

- El asturleonés en Asturias, León y Cantabria.

Dialectos del castellano

- El andaluz, hablado en la mayor parte de Andalucía

- Hablas canarias, que tomaron gran parte de las características del andaluz en su variante sevillana (seseo, aspiración de las eses finales, uso exclusivo de ustedes, etc.), debido al predominio de los andaluces entre los primeros conquistadores y pobladores peninsulares.

- El castúo, habla de tránsito con el leonés (o extremeño), en Extremadura.

Consultar un glosario en castúo o leer unas poesías en castúo.

I dialetti in Italia

Clicca sull’immagine per visualizzare la cartina
Inoltre, è seconda lingua ufficiale in Croazia, nella vicina regione d’Istria, e in Slovenia.
In Italia, tuttavia, esistono un gran numero di lingue e dialetti locali che si sono indipendentemente sviluppati dalla comune origine latina. La stessa lingua italiana, del resto, deriva dalla variante del dialetto fiorentino del 1300, che i grandi padri della letteratura italiana (Dante, Boccaccio, Petrarca) hanno contribuito a diffondere.
Mentre le lingue che si parlano in Italia sono relativamente poche (si trovano tracce di lingua croata, albanese, catalana, slovena e greca al Sud, oltre che il francese e il tedesco della regione occidentale), i dialetti in Italia sono molto numerosi : essi si possono classificare in alcuni gruppi, a seconda delle caratteristiche e peculiarità che li accomunano.

Dialetti settentrionali (nelle tonalità di giallo, verde e rosso nella cartina)
I dialetti settentrionali sono costituiti dai dialetti gallo-italici (parlati principalmente in Piemonte, Liguria, Lombardia ed Emilia Romagna), dai dialetti veneti e dal dialetto istriano.
Tali dialetti hanno alcuni fenomeni fonetici comuni, come la resa meno forte delle consonanti doppie (dove, ad esempio, “pelle” verrà pronunciata con una sola “l”) o la pronuncia generalmente allargata della vocale “e” (come nei pronomi “me” o “te”).
Dialetti toscani (in blu nella cartina)

I dialetti toscani si suddividono a loro volta in centrali (fiorentino e senese), occidentali (pisano, lucchese, pistoiese e livornese), orientali (aretino-chianaiolo) e meridionali (amiatino).
Tali dialetti hanno una vocazione conservativa che ha mantenuto alcuni elementi del latino ; tuttavia, esistono alcune peculiarità tipiche di queste parlate, come la gorgia (cioè l’aspirazione di alcune consonanti come la “p”, la “t” e la “c”).

Dialetti centro-meridionali (nelle tonalità del viola nella cartina)
I dialetti centro-meridionali comprendono i dialetti dell’Italia mediana (ovvero quelli parlati nelle Marche, Umbria e Lazio), quelli meridionali intermedi (parlati in Abruzzo, Puglia, Molise, Campania e Lucania) e quelli meridionali estremi (parlati in Calabria, Puglia e Sicilia).

In queste varianti dialettali, si possono trovare alcuni caratteri comuni come la difficoltà a pronunciare il gruppo consonantico “gl” (come in “figlia”), derivante probabilmente dall’influenza della lingua spagnola nell’area, e la trasformazione della consonante “l” in “r” in alcune parole come “colpa”.

Fonti :

1. Coveri L., Bennucci A., Diadori P., "Le varietà dell’italiano. Manuale di sociolinguistica italiana", Bonacci, Roma, 2003

2. De Mauro T., Lodi M., "Lingua e dialetti", Editori Riuniti, Roma, 1993

Regional and national languages in the United Kingdom

Use of these languages is generally confined to the geographical areas historically associated with them. The Government in the UK has ratified the European Charter for Regional or Minority Languages in respect of all the languages mentioned above. There is therefore a general commitment on the part of national governments within the UK to both maintain and enhance the use of these languages.

Both Welsh and Scottish Gaelic enjoy some status in law and this guarantees their use in official documentation and education in Wales and Scotland respectively. In Wales, Welsh has equal status with English in all areas of public life while the Scottish Executive state “Gaelic is the only language of teaching (other than English) for which the Executive provides specific funding” (Scottish Executive n.d.). There are currently an estimated 54 state primary schools in Scotland which offer some form of Gaelic immersion education and one secondary school in Glasgow. In Wales the Government has committed themselves to providing Welsh medium education to all who choose it. This includes increasing provision for 16 to 18 year olds.

http://en.wikipedia.org/wiki/File:CallaghanSquareSignCardiffCaerdydd200507_CopyrightKaihsuTai.jpgWelsh is the largest regional language in terms of the number of people able to use it in some way with 20.8 per cent (582,368) of the population of Wales able to speak, read or write Welsh (Census 2001). This is followed by Scottish Gaelic with 1.3 per cent (65, 674) of the population of Scotland claiming to be able to speak, read or write Gaelic (Census 2001).

In Northern Ireland there are 75,125 people who can speak, read, write and understand Irish (Census 2001). The highest numbers of Irish speakers in Northern Ireland live in the greater Belfast area and around 4,000 children are being taught through the medium of Irish. The Minister for Education, Caitríona Ruane, said that her department “has a statutory duty to facilitate and encourage Irish medium education”.

In addition to Irish the Northern Irish Government has committed itself to the enhancement and development of Ulster-Scots, a local variety of Scots used mainly in rural areas. The Northern Ireland Life and Times Survey of 1999 estimated that 2 per cent (around 35,000) of the population of Northern Ireland speak Ulster-Scots. The Ulster-Scots Society put this at 100,000. The forthcoming Census of 2011 is expected to have a question aimed at ascertaining a more exact figure. The ratification of the European Charter means that both Irish and Ulster-Scots can be used in any official correspondence with Governmental bodies. However, it does not mean that Government employees are bound to reply in that language ! There are also estimated to be up to 2,000,000 Scots speakers in Scotland where the Government claims to be committed to “increasing awareness of the Scots language, literature and song” (2008).

 http://en.wikipedia.org/wiki/File:Kernow_a%27gas_dynnergh_20050527.jpgThe Cornish language enjoys far less official recognition at a national level. The local council in Cornwall recognises it as an important heritage language and there are an increasing number of bilingual signs appearing in the area. Numbers of fluent speakers do not exceed 400 although this still represents an increase since 1971. In 2005 the MP for St Ives, Andrew George became the first MP to swear his allegiance to the Queen in Cornish. All MPs must do this in English but several have also chosen to do this in Welsh and Gaelic. Mr George’s use of Cornish gave the language much credibility as a regional language.

To find out more about the European Charter for Regional or Minority Languages visit : http://conventions.coe.int/Treaty/en/Summaries/Html/148.htm

To hear different national and regional languages and dialects in the UK, go to :
http://www.bl.uk/learning/langlit/sounds/

Sprachenvielfalt in Deutschland nimmt ab

Eine Million Menschen sprechen "Original-Kölsch"

Kölsch [1] ist um Karneval herum besonders beliebt. Dann sind überall Kölsche Karnevalslieder zu hören. Es ist aber auch sonst eine sehr lebendige Sprache, die nicht nur von einer Million Menschen gesprochen sondern auch von einer Akademie (Akademie för uns kölsche Sproch) gepflegt wird - es werden sogar Predigten auf Kölsch gehalten ! Trotzdem gibt es immer weniger Jugendliche, die Kölsch über die Karnevalslieder hinaus wirklich beherrschen.

BMP - 93.2 ko

Auch gefährdet : Ostfriesisch und Sorbisch

Viel schlimmer als ums Kölsch steht es um das Ost- und Nordfriesische, die ernsthaft ums Überleben fürchten müssen. Die UNESCO schätzt die Zahl der Menschen, die Ostfriesisch in seiner historischen Reinform sprechen, auf 1.000. Auch um das im Spreewald und in der Lausitz gesprochene Sorbisch stehe es nicht besser : Es werde noch von knapp 20.000 Menschen benutzt.
Zu den 13 gefährdeten Regionalsprachen in Deutschland zählen laut UNESCO Alemannisch, Bairisch, Jütländisch, Jiddisch, Limburgisch-Ripuarisch, Luxemburgisch, Niedersächsisch, Ostfränkisch, Rheinfränkisch, Romani, Saterfriesisch, Sorbisch und Nordfriesisch.

12 commentaire(s) Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Commentaire audio
  • Attendez la fin du téléchargement de votre commentaire audio puis n’oubliez surtout pas de le sauvegarder avant de lancer la prévisualisation, sinon votre enregistrement sera perdu.

    Pour voir cette partie de la page, assurez-vous d'avoir le player flash dans sa version 11.1.0 ou supérieur...

Inscrivez-vous sur le site pour vous abonner à ce fil de discussion et recevoir les réponses à votre commentaire : s'inscrire.

  • Les langues régionales en Republique Dominicaine 28 octobre 14:07, par Susana Sharp

    La République Dominicaine est un pays qui a été formé par la diversité de la conquête et la colonisation.
    Aujourd’hui nous sommes une nation née du mélange, ou l’on parle l’espagnol (celui-ci étant différent a l’espagnol de l’Espagne).
    Voici une évolution de la langue espagnole.
    L’influence des tainos (natifs d’Hispaniola et Arawaks) ainsi que l’influence de Christophe Colomb nous a laissé une nouvelle identité. Un espagnol tout a fait différent c’est développé, en utilisant des paroles natives et transformées.
    Contrairement a Haïti, nous n’avons pas de dialectes.

  • Les langues régionales en grèce 18 juin 13:39, par dora

    En grèce il y a aussi des langues régionales. Par exemple au nord de grèce à la région de Macédonie ils parlent dans quelques villages la langue ‘’sarakatsanika’’, une variation avec les phrases particulaires. Ensuite au centre de grèce il y a des villages qui se trouvent près de la chaîne des montagnes ‘’ Pindos’’ qui parlent aussi avec les idiomes ‘’vlaxika’’. Enfin dans l’île de Crète les citoyens parlent une langue très particulaire avec un accent fort et ils utilisent des idiomes qui les autres ne peuvent pas souvent comprendre.
    Pour ma part je pense que la patrimoine de mon pays consiste de nombreuse choses et qu’on reconnait notre culture par sa histoire et par les œuvres de l’art. Je ne suis pas sûre qu’on doive préserver cettes langues. Certes on peut respecter ces qui veulent les parler mais je trouve qu’ il est plus nécessaire d’apprendre les langues étrangers afin d’avoir une qualité pour le travail.

  • Les langues régionales en France 7 décembre 2013 11:52, par Audrey

    Bonjour Jug,
    Oui, effectivement on dit : on n’est pas rendu, quand l’objectif est long à atteindre, ce peut-être un itinéraire en voiture ou encore un travail à faire ou bien quand on explique quelque chose à quelqu’un et qu’il ne le comprend pas. Bref, de nombreux mots de patois s’utilisent dans la région, comme un drôle pour dire un enfant, une cagouille pour dire un escargot ou encore tantôt pour cet après-midi et bien d’autres !
    Parler en patois se fait beaucoup dans les zones rurales de la région. Ce sont généralement les personnes âgées qui l’utilisent, mais certains jeunes l’utilisent aussi comme signe de ralliement à la culture saintongeaise.

    Il existe même une BD de Tintin " l’île noire" qui vient de sortir en patois charentais ( ou saintongeais) :
    http://fr.tintin.com/news/index/rub/0/id/4030/0/nouvel-album-de-tintin-en-saintongeais

    Voici aussi un mini glossaire du patois charentais : http://www.xaintonge.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=68&Itemid=78

  • Les langues régionales en France 4 décembre 2013 22:42, par Jug

    Oui j’avais enendu en France : on n’est pas rendu ! A la forme négative seulement.Le patois charentais est-il besucoup utilisé ?

  • Les langues régionales en France 27 novembre 2013 11:41, par Audrey

    En Charente- Maritime, il y a le patois charentais qui n’est pas toujours facile à comprendre, même si on est natif de la région.
    Un exemple ? Pour dire , on est arrivé , les Charentais disent : " on est rendu !" ce qui fait généralement beaucoup rire nos voisins d’autres régions !

  • Les langues régionales en Espagne 17 novembre 2013 22:31, par Alfredo

    La preservation des langues régionales est une question très important concernant la diversité culturelle de l’Europe, mais parfois on en utilise comme un instrument de la politique nationaliste. En Espagne il y a au moins trois langues régionales, à savoir, le catalan, le basque et le galicien. Dans les trois cas, il existe un vraiement intêret pour promouvoir leur conservation et leur apprentissage. On est investi beaucoup d’argent par les gouvernements des régions, sous le pretexte de défendre la identité culturelle des régions et leurs racines. Malheureusement, il n’y a pas un équilibre entre l’investissement dans l’espagnol et des autres langues á cause des préjuges politiques des autorités, et en conséquence l’éducation n’est pas tout à fait égal. C’est un problème de la décentralisation de competences si profonde de la Espagne qui empêche la mise en œuvre des critères communs d’enseignement à travers le pays.

  • Sprachenvielfalt in Deutschland nimmt ab 8 novembre 2012 10:47, par Michaela

    Je ne crois pas que la diversité des dialectes en Allemagne diparaisse parce qu’en géneral les langues changent constamment. Les expressions, qu’on a utilisé dans la passé ne sont plus actuelles aujourd’hui et des nouveaux mots se constituent. Et pour moi cela n’est pas une perte mais un enrichissement pour notre culture.

  • Devenir un vrai européen 16 novembre 2011 13:40, par Oliver

    Le bilinguisme qu’on peut trouver en Alsace est certainement stupéfiant. Rendez visite à Colmar, Strasbourg, Hagenau ou Wissembourg et les gens parlent français, allemand, alsacien ou un mélange des trois langues. Ce bilinguisme est un atout inestimable qui devrait nous aider mieux comprendre la culture et la vie de nos voisins. Cela la meilleure méthode pour devenir un/une vrai/e européen/ne.

  • Los idiomas en España 9 novembre 2011 21:53, par jpermuy

    En Espagne, nous avons fait un effort extraordinaire pour conserver les langues régionales. Des quantités exorbitantes d’argent ont été dédiées à la promotion de l’étude et l’usage de ces langues. Mais, est-ce que nous avons fait ce qu’on devrait ? Ça n’est pas clair pour beaucoup de monde. Aujourd’hui il y a des territoires où l’espagnol est soigneusement éliminé de l’endroit administrative et aussi de la vie en général et les jeunes étudiants ne sont pas capables de parler ou écrire correctement la langue officielle du pays. Difficile à comprendre pour les autres citoyens de l’Union Européen.

  • Los idiomas en España 28 octobre 2011 10:56, par Josefina

    Pourquoi est-ce importante de savoir et maintenir les langues co-officielles en Espagne ?
    Je comprendre qu’il faut préserver les langues car ils contribuent à la richesse culturelle, font partie des coutumes, mais aussi parce-que il y a beaucoup des gens qui ne connais pas une autre langue que celle-là qui corresponde à son région.
    Je ne peux pas comprendre qu’il soit obligatoire de savoir une langue co-officielle pour étudier à l’Université ou pour travailler (dans un endroit publique) dans quelques régions de l’Espagne en étant insuffisante la langue officielle de l’état.
    Aujourd’hui que nous parlons de la globalisation, nous faisons partie de l’Europe et nous travaillons de plus en plus à l’étranger, est-ce nous ne devrions pas nous concentrer en apprendre des langues universaux comme l’anglais ou le français ?
    Pourquoi nous ne pensons pas sur les langues qui nous ouvrirons les portes des autres pays du monde dans l’avenir ?
    Le système éducatif espagnol n’a pas renfoncé l’apprentissage des langues étrangers, mais dernièrement, les gouvernants sont rendu compte des erreurs du passé et de plus en plus nous pouvons trouver des écoles publiques qui sont bilingues.